Nostoc cf. parmelioides (Kütz., 1843) Bornet &

Règles du forum

Collections du forum
Pour poster dans cette partie, vous devez faire partie du groupe Collectionneurs.
C'est un groupe ouvert et nous répondrons volontiers à vos demandes (par MP svp).
Plus d'infos, voir ici

--------------------------------------------------------------------------------
Attention : Les images doivent être publiées directement sur notre serveur et non pas liées sur un autre site !

Les questions et réponses concernant les sujets des Collections sont à suivre dans la partie 1 (Q/R Collections).
Ne pas entamer de débats directement dans ces rubriques, merci d'avance !
--------------------------------------------------------------------------------

Nostoc cf. parmelioides (Kütz., 1843) Bornet &

Messagede Gérard-Breton » 10 Aoû 2015 10:33

Nostoc cf. parmelioides (Kütz., 1843) Bornet & Flahaut, 1886

Cyanobacteria, Nostocales, Nostocaceae

Il existe de nombreuses espèces de Nostoc, cette algue bleue ou Cyanobactérie dont la plus connue, Nostoc commune, ou crachat de lune (lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?f=38&t=425) est observée après les pluies dans les allées de nos jardins. Desmonostoc muscorum a également été traitée dans les colonnes du Naturaliste (lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?p=77571#p77571). Mais il est des espèces aquatiques, planctoniques comme le probable Nostoc planctonicum (ou bien Nostoc coeruleum var. planctonicum) récemment posté par Sébastien Vasselle (lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?p=88570#p88570), ou encore benthiques comme le Nostoc cf. parmelioides (Kütz., 1843) Bornet & Flahaut, 1886, sujet du jour. Au total, Geitler (1930-1932) liste 41 espèces, dont plusieurs doivent peut-être aujourd'hui tomber en synonymie.

Les colonies de notre Nostoc cf. parmelioides ont été recueillies le 27 juillet 2015, dans 0,1 à 0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, fixées sur des roches calcaires, dans le Dourbie, Le Monna, 12-Millau. Les colonies mesurent 0,5 à 4 cm de diamètre, sphériques, puis irrégulièrement lobées au cours de leur développement. Elles sont pleines, contiennent une gelée assez consistante jusqu’au point d’attache. Il y a des trichomes (=filaments) espacés, disposés approximativement radialement à partir du centre ; ils deviennent beaucoup plus denses, flexueux, emmêlés vers la périphérie qui forme une couche plus colorée, verdâtre à l’œil nu.

L-923-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-gelée couches superficielles,25x,CIFN.jpg
Coupe transversale du thalle, partie externe, surface à gauche. Contraste interférentiel frange noire.
Exif et Meta MicroCartouche L-923-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-gelée couches superficielles,25x,CIFN.jpg (143.82 Kio) Vu 3257 fois


Les cellules mesurent 4 à 5 µm de diamètre, elles sont courtes (longueur 2,5 à 4 µm). Il y a des hétérocystes, cellules différenciées dont on ignore la fonction, un peu plus grands (6 µm).

L-925-929-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-CT colonie,100x,CIFN,ZS-flèches.jpg
Flèches = hétérocystes. Zétagraphie. Contraste interférentiel frange noire.
Exif et Meta MicroCartouche L-925-929-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-CT colonie,100x,CIFN,ZS-flèches.jpg (77.07 Kio) Vu 3254 fois


L-915-921-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-trichome-cristallite CaCO3s,100x,CIFN,ZS.jpg
Noter les cristallites de calcite. Zétagraphie. Contraste interférentiel frange noire.
Exif et Meta MicroCartouche L-915-921-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-trichome-cristallite CaCO3s,100x,CIFN,ZS.jpg (63.4 Kio) Vu 3256 fois



La gaine des trichomes périphériques est parfois distincte, mais difficile à mettre en évidence dans l’enchevêtrement des trichomes, et à cause de l’épaisseur de la préparation. Par contre, ces gaines teintent la couche périphérique en jaune, bien visible au microscope.

L-924-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-couche superficielle jaume -gaines,40x,CIFN.jpg
Couleur jaune de la périphérie. Gaines peu visibles. Contraste interférentiel frange noire.
Exif et Meta MicroCartouche L-924-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-couche superficielle jaume -gaines,40x,CIFN.jpg (91.63 Kio) Vu 3255 fois


Nos spécimens se développent en eau calcaire, sur des roches éclairées. Ils pratiquent donc une photosynthèse active, ce qui va favoriser la précipitation de CaCO3 (calcite) qui se retrouve dans la gelée sous la forme de petits cristallites, ou bien d’agglomérats de cristaux plus gros.

L-901-914-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-gelée couches profondes,25x,CIFN,ZS.jpg
nombreux cristallites de calcite, et un cristal composé. Zétagraphie. Contraste interférentiel frange noire.
Exif et Meta MicroCartouche L-901-914-Nostoc cf. parmelioides, 0,1-0,5 m d’eau courante, claire, calcaire, oxygénée, sur roches calcaires éclairées, Dourbie, Le Monna,12-Millau, 270715-gelée couches profondes,25x,CIFN,ZS.jpg (95.07 Kio) Vu 3256 fois


Pourquoi le « cf. » dans le titre de ce sujet ?
1) Parce que Nostoc parmelioides est une espèce peu différente de Nostoc verrucosum (Vaucher, 1803) Bornet & Flahaut, 1886, au point que certains posent la question d’une synonymie. N. parmelioides a des cellules un peu plus grandes que N. verrucosum (4-4,5 µm contre 3-3,5 µm et 5 µm pour la nôtre) ;
2) Nostoc parmelioides serait régulièrement associé à une larve du Chironomidae Cricotopus, d’après John, Witton & Brook (2002), mais pas nos exemplaires ;
3) La gaine de nos spécimens est moins visible que sur le schéma donné par Geitler (1930-1932) Cyanophyceae, reprint 1985 Koelz).

Cordialement
Gérard Breton
Gérard-Breton
membre
membre
 
Messages: 1166
Inscription: 24 Aoû 2013 21:26
Prénom: Gérard

Re: [i]Nostoc[/i] cf.[i] parmelioides[/i] (Kütz., 1843) Bornet &

Messagede Bernard-J » 11 Aoû 2015 12:08

Il y a des hétérocystes, cellules différenciées dont on ignore la fonction, un peu plus grands (6 µm).


Pour info, les hétérocystes sont le lieu de la fixation d'azote atmosphérique (N2). En effet, ces bactéries sont capables de photosynthèse et de fixer N2 en même temps. C'était un gros problème à résoudre, car la photosynthèse produit de l'oxygène (O2) qui est affreusement toxique pour le complexe enzymatique fixateur d'azote (la nitrogénase). Dans ce cas, Dame Nature à contourné le problème en isolant la fixation d'azote dans des cellules différenciées à paroi épaisses. Les hétérocystes se forment quand l'azote sous forme combinée manque dans l'environnement.
Cordialement
Bernard
Bernard-J
membre
membre
 
Messages: 731
Inscription: 01 Mar 2014 16:45
Localisation: Suisse
Prénom: Bernard

Re: [i]Nostoc[/i] cf.[i] parmelioides[/i] (Kütz., 1843) Bornet &

Messagede Gérard-Breton » 11 Aoû 2015 15:36

Bonjour Bernard, tous,

Un grand merci pour cette précision, que j'ignorais ! Je vais donc corriger mon affirmation "dont on ignore la fonction" par quelque chose comme "dont j'ignorais la fonction". Mes sources dataient du Bourelly - Algues d'eau douce !

Je me pose quand même une question. Que les hétérocystes aient une paroi épaisse qui protège la nitrogénase qu'ils contiennent de l'O2 produit par la photosynthèse, je comprends bien, mais quel est le rôle de cette fixation d'azote si elle reste confinée aux hétérocystes, c'est à dire dans beaucoup de cas à quelques % des cellules ?

Quoiqu'il en soit, à nouveau merci pour ton intervention.

Cordialement

Gérard Breton
Gérard-Breton
membre
membre
 
Messages: 1166
Inscription: 24 Aoû 2013 21:26
Prénom: Gérard

Re: [i]Nostoc[/i] cf.[i] parmelioides[/i] (Kütz., 1843) Bornet &

Messagede Bernard-J » 11 Aoû 2015 17:56

Bonsoir Gérard,
C'est la magie de ce monde vivant bourré de ressources...
Les composés azotés, par ex. les aminoacides, produits par les hétérocystes sont transportés d'une cellule à l'autre comme d'ailleurs les sucres produits par la photosynthèse vont migrer dans les hétérocystes qui en ont besoin pour leur métabolisme. Ce petit monde est truffé de transporteurs spécifiques. Il est aussi probable qu'une partie de ces composés sont excrétés et repris rapidement par les cellules voisines. Les micro-environnements de l'ordre du micron ont des caractéristiques physiques assez différentes de ceux dont nous sommes habitués. Mais oups!,,.. je viens de m'apercevoir que nous ne devrions pas discuter dans cette partie collections :oops: Mea maxima culpa !
Bernard-J
membre
membre
 
Messages: 731
Inscription: 01 Mar 2014 16:45
Localisation: Suisse
Prénom: Bernard


Retourner vers Cyanobactéries

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité