Page 2 sur 5

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 24 Juin 2014 10:55
de Daniel
Hello,
comme l'écrit Bruno, les tests circulaires doivent appartenir à des Cyclotella.
Ce genre est effectivement dominant dans certaines diatomites du Coiron. (voir par exemple des images des sites du Combier ou de la Grangette http://www.diatomloir.eu/Diatodouces/fossilun.html)
Mais il est presque absent des niveaux exploités actuellement du gisement de Saint bauzille.

Je ne sais pas ce qui fait la nuance entre les gisements car avec peu de différences temporelles et spaciales, il y a des différences de flores importantes.
Je serais donc curieux de comparer les diatomites de l'Escandorgue à celles du Coiron. Et je réitère l'idée d'une rencontre sur le terrain en juillet si cela est possible?

L'observation sommaire au microscope de frustules dissociées est facile. PAr contre, je ne suis pas expert du nettoyage poussé pour le montage.

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 24 Juin 2014 13:39
de PierreM
Hello

Daniel a écrit:...
Je ne sais pas ce qui fait la nuance entre les gisements car avec peu de différences temporelles et spaciales, il y a des différences de flores importantes.
Je serais donc curieux de comparer les diatomites de l'Escandorgue à celles du Coiron.


Le problème est que chaque site montre une succession qui a duré une période plus ou moins longue.
C'est ce qui en fait l'intérêt, on a un enregistrement plus ou moins représentatif des conditions régnant pendant le dépôt.
Rien ne dit à priori que la flore diatomique reste constante dans toute l'épaisseur du dépôt. Il est très probable qu'elle a du évoluer.
Malheureusement pour les amateurs de diatomées, ces dernières ne semblent pas avoir été étudiées. Les articles que j'ai pu consulter traitent de la macroflore et de la microflore, c'est à dire les pollens uniquement.
Pour avoir un enregistrement le plus étendu et le plus continu possible il faut réaliser des travaux (tranchées, rafraîchissements de coupes, sondages...) qui demandent des moyens et ne sont réalisés que pour des sites importants, ce qui semble être le cas de Bernasso où plusieurs points ont été étudiés, reste alors à raccorder temporellement ces différents profils en tenant compte d'hétérogénéités spatiales.
Il est donc difficile à partir d'un échantillonnage ponctuel de comparer des choses comparables.

Daniel a écrit:Et je réitère l'idée d'une rencontre sur le terrain en juillet si cela est possible?

Je suis intéressé mais je ne sais fichtre pas ce que je vais faire cet été.

Daniel a écrit:L'observation sommaire au microscope de frustules dissociées est facile. PAr contre, je ne suis pas expert du nettoyage poussé pour le montage.

Il semble y avoir pas mal d'impuretés, il faudrait réussir à concentrer les frustules, pas facile.
Van Heurck a décrit une sorte de lévigation dans une goutte d'eau sur lame, j'ai essayé mais je dois être trop nul !!!!!

Amicalement

Pierre M.

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 24 Juin 2014 14:28
de shrek
Je serais partant pour une rencontre en Juillet

jp

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 24 Juin 2014 16:02
de michelflashman
Bonjour a vous tous,

Le tort que j'ai eu, j'ai pris la diatomite au plus facile !! a peu prés au même endroit, a hauteur d'homme, la couche de diatomite ferais environ 12 mêtres d'épaisseur !! il y a de forte chance que sur une épaisseur pareil, avec le temps nécessaire a ce dépôt, d'autres variétés de diatomées soit présente .

En plus il y a 3 ou 4 sites différents dans les environs, a différents niveaux NGF.

J'espère pouvoir être présent en juillet, mais l'été je suis fort occupé .

Si cette sortie se précise, je vous donnerais des informations sur les lieux et ses environs.

je crois savoir que l'agriculteur de la Dournié, n'est pas très accueillant .

A suivre...

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 27 Juin 2014 13:05
de leopold76
J'ai reçu l'envellope 8-)
Merci beaucoup !

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 28 Juin 2014 12:56
de leopold76
J'ai encore des petites questions.
Savez vous à quel étage corresponds cette diatomite ?
Et à Saint Laurent la Vernede peut-on savoir l’étage grâce à une analyse au microscope?

Et une dernière question. Pour le traitement, le "Blanco" c'est ça ?

Image
Cordialement
Léopold

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 28 Juin 2014 13:08
de michelflashman
Bonjour Leopold

Pour le blanco, il faut demander a Maraussan, c'est lui qui a émis cette hypothèse.

Le niveau de récupération des echantillons c'est fait au niveau du chemin, a hauteur d'homme, si cela intéresse certains, je peux retourner pour faire des prélèvements sur plusieurs niveaux, la couche de diatomite fait 12 mètres environ.

Amicalement

Michel

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 28 Juin 2014 13:22
de Fredlab
michelflashman a écrit:Pour le blanco, il faut demander a Maraussan, c'est lui qui a émis cette hypothèse.

ou alors il faut demander au gros Serge

Image

Je suis le fil avec attention...
au cas où il y ait une énième recette de préparation pour Diatomées.
(et les explications qui vont avec)

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 28 Juin 2014 15:22
de André
Bonjour à tous
Lors de nos prélèvements à St laurent avec Dominique, nous avions commencé par noter scrupuleusement le niveau . Il me semble que rapidement Dominique s'est aperçu qu'il n'y avait pas de différences flagrantes entre les différents horizons. Bien entendu, nous n'avions pas de couche de 12m de hauteur à disposition, mais au plus 2m ...
Je ne sais à combien d'années correspond le cm de diatomite , mais il sera peut être intéressant de prendre les différentes couches en compte .

Re: Diatomite de Bernasso (Hérault)

MessagePosté: 28 Juin 2014 15:43
de Maraussan
Le Blanco (en solution dans de l'eau, faut-il le préciser ?) fait fonction d'agent désagrégant. C'est tout, mais c'est déjà pas mal. C'est donc un substitutif au Sodium hexametaphosphate. Si tu as du SHMP, inutile de recourir au Blanco, évidence... On peut donc utiliser ce produit économique sur le terrain, sans danger de manipulation. D'autres techniques de désagrégation existent, donc la cryogénisation multi-répétée, très efficace sur les diatomites dures (certains sites d'Oamaru par exemple, ou celles de Karlovo, Bulgarie), mais c'est une technique impraticable sur le terrain. La diatomite de St Laurent (tous sites) est ainsi réduite en quelques heures, à froid.

En aucun cas, par-contre, la désagrégation initiale ne remplace les traitements ultérieurs classiques, du type à l'acide nitrique pur chaud, destinés à éliminer les précipitations et les matières organiques... Mais prudence, on change là totalement de catégorie de manipulation.

Blanco et SHMP.JPG
Exif et Meta MicroCartouche Blanco et SHMP.JPG (162.86 Kio) Vu 2631 fois

Certains trouveront que la présentation d'un bidon de SHMP fait plus "pro" que les dosettes de Blanco. C'est leur affaire. Personnellement, j'utilise les 2 formes... le Blanco ayant l'avantage de pouvoir passer facilement aux contrôles des vols aériens internationaux.