Page 1 sur 1

Mycena seynii

MessagePosté: 05 Déc 2017 05:43
de 6le20
Bonjour à tous,

voici le seul champignon rencontré dans cette station, en abondance, exclusivement porté par des cônes de Pins maritimes... énormes (18-20 cm).

Mycena seynii* Quélet, 1876 - Mycène de De Seynes (Mycenaceae)

Observé le 5 septembre 2017 sur cône de pins maritimes (de 20 cm sur la première image), (Pinus pinaster Aiton, 1789 ), sur la berge Sud-Est de la Salse à Rennes-les-Bains (11) le 5 septembre 2017.
Se rencontre sur les cônes de différentes espèces de Pins, mais particulièrement sur ceux du Pin maritime.
Mycena seynii-1a-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Mycena seynii-1a-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg (155.75 Kio) Vu 1253 fois


Exemplaires jeunes :
Mycena seynii-1b-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Mycena seynii-1b-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg (203.79 Kio) Vu 1254 fois



Les lames sont ourlées de sombre :
Mycena seynii-3a-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Mycena seynii-3a-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg (190.9 Kio) Vu 1253 fois



La sporée est blanche.
Les spores guttulées et apiculées mesurent ici de 10-12,4 µm de long, sur 6,5-7,2 µm de large, ce qui est dans la moyenne de l’espèce.
Mycena seynii-6a-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Mycena seynii-6a-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg (197.24 Kio) Vu 1253 fois


Mycena seynii-6b-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg
Exif et Meta MicroCartouche Mycena seynii-6b-RennesBains-5 09 2017-LG.jpg (102.06 Kio) Vu 1253 fois




* Quelet s'est permis une blague en nommant l'espèce...
"... elle aurait clairement dû être seynesii, génitif de Seynesius qui est la latinisation recommandée pour Seynes (la particule est toujours omise), pourtant ça restera seynii car il s'agit d'une "latinisation intentionnelle" au sens de l'article 60.7 du code de nomenclature :

When changes in spelling by authors who adopt personal, geographical, or vernacular names in nomenclature are intentional latinizations, they are to be preserved, except in epithets when they concern (a) only a termination to which Art. 60.12 applies, or (b) personal names in which the changes involve (1) omission of the final vowel or final consonant or (2) conversion of the final vowel to a different vowel, for which that letter is to be restored.

En d'autres termes, Quélet a intentionnellement décidé que son collègue botaniste Jules de Seynes s'appellerait Seynius en latin et non pas Seynesius. Ce taxon est d'ailleurs cité en exemple dans le code de Melbourne :

Ex.18. Mycena seynii Quél. (in Bull. Soc. Bot. France 23: 351. 1877), commemorating Jules de Seynes, is not to be altered to M. “seynesii”. The implicit latinization of that name to Seynius results from omission of more than the final letter.
"
[Recherche effectuée par Jean-Pierre Lachenal-Montagne}