Nucella lapillus (Linnaeus, 1758) : radula et mode de vie

Règles du forum

Collections du forum
Pour poster dans cette partie, vous devez faire partie du groupe Collectionneurs.
C'est un groupe ouvert et nous répondrons volontiers à vos demandes (par MP svp).
Plus d'infos, voir ici

--------------------------------------------------------------------------------
Attention : Les images doivent être publiées directement sur notre serveur et non pas liées sur un autre site !

Les questions et réponses concernant les sujets des Collections sont à suivre dans la partie 1 (Q/R Collections).
Ne pas entamer de débats directement dans ces rubriques, merci d'avance !
--------------------------------------------------------------------------------

Nucella lapillus (Linnaeus, 1758) : radula et mode de vie

Messagede Gérard-Breton » 22 Jan 2014 15:39

Bonjour à tous,

Nucella lapillus (Linnaeus, 1758) est un gastropode Muricidae, connu sous les noms vernaculaires de pourpre (mais il y a d’autres espèces, méditerranéennes, portant ce même nom vernaculaire, voir ci-dessous), bigorneau blanc (mais ce n’est pas un bigorneau, et il n’est pas toujours blanc) ou perceur (nom qu’il partage avec un cousin, le cormaillot Ocenebra erinacea (Linnaeus, 1758). Voilà un exemple de plus qui explique pourquoi je n’aime pas utiliser les noms vernaculaires, souvent ambigus et sources de méprises. Quant au nom « pourpre petite-pierre » que l’on trouve sur certains sites par ailleurs honorables, ce n’est que la traduction en français du nom latin d’espèce, alors, autant utiliser le latin directement !

L-Nucella-lapillus-Antifer-service-230711-HM1613.jpg
Nucella lapillus dans son garde-manger : moules et balanes.
Exif et Meta MicroCartouche L-Nucella-lapillus-Antifer-service-230711-HM1613.jpg (115.37 Kio) Vu 1324 fois


La coquille est épaisse, blanche à brune, avec ou sans lignes longitudinales marquées continues ou bien interrompues et formant alors un quadrillage. La coquille est lisse ou marquée de côtes longitudinales plus ou moins fortes. Le dernier tour, développé, se prolonge par un canal siphonal par où passe la trompe. L’intérieur de la coquille est foncé, rouge violacé.

Le pied est blanc, l’animal possède deux tentacules et une trompe.

L-1466-Nucella-lapillus-StJouin-020114-récGB-radula-16x-CInt-eau-ZS-éch.jpg
Nucella lapillus-radula-Contraste interférentiel. Montage à l'eau
Exif et Meta MicroCartouche L-1466-Nucella-lapillus-StJouin-020114-récGB-radula-16x-CInt-eau-ZS-éch.jpg (103.65 Kio) Vu 1326 fois


Nucella lapillus se nourrit de bivalves (moules en particulier : les mytiliculteurs n’aiment pas trop…), de patelles ou de balanes dont il perfore la coquille ou la muraille par une double action : des mouvements décrits comme circulaires (?) de la radula + une sécrétion acide qui attaque le calcaire de la coquille. Le trou est rond, et mesure 1 mm de diamètre. Le processus durerait 4 à 6 jours chez Ocenebra erinacea. A la suite du percement, la trompe pénètre dans l’orifice, injecte des sucs digestifs et absorbe la bouillie nutritive résultant de la digestion (2 jours de plus).

L-1479-Nucella-lapillus-StJouin-020114-récGB-radula-25x-CIFN-eau-ZS-éch.jpg
Nucella lapillus. Radula. Contraste interférentiel frange noire. Montage à l'eau. Les différents types de dents.
Exif et Meta MicroCartouche L-1479-Nucella-lapillus-StJouin-020114-récGB-radula-25x-CIFN-eau-ZS-éch.jpg (105.9 Kio) Vu 1326 fois


La radula taenioglosse,(voir viewtopic.php?f=173&t=14883), est composée de nombreux rangs comprenant une dent axiale triangulaire, longuement pointue, flanquée de deux latérales pointues mais plus courtes, et de marginales en crocs pointus. Les dents les plus vieilles, près de la bouche, sont usées.

L-1492-Nucella-lapillus-StJouin-020114-récGB-radula-médiane-antérieure-usée-40x-CIFN-eau-ZS-éch.jpg
Nucella lapillus. Radula. Contraste interférentiel frange noire. Montage à l'eau. Gros plan sur les dents médianes et latérales de la partie antérieure de la radula, usées.
Exif et Meta MicroCartouche L-1492-Nucella-lapillus-StJouin-020114-récGB-radula-médiane-antérieure-usée-40x-CIFN-eau-ZS-éch.jpg (95.89 Kio) Vu 1322 fois


Les sexes sont séparés et la fécondation est interne. Les femelles, au cours de pontes collectives, déposent dans les fissures des rochers ou sous les surplombs des capsules cylindriques enflées au milieu, perpendiculaires au substrat, et mesurant 7 à 8 mm de hauteur. Chacune contient quelques centaines d’œufs. Peu arriveront à maturité. Les jeunes sortiront de la capsule après la métamorphose et commenceront aussitôt à mener une vie benthique.

L-Nucella-lapillus-ponte-Digue-Sud-280711-HM1612.jpg
Nucella lapillus-Ponte. Digue Sud, Le Havre. 28072011.
Exif et Meta MicroCartouche L-Nucella-lapillus-ponte-Digue-Sud-280711-HM1612.jpg (136.11 Kio) Vu 1323 fois


Les pourpres possèdent une glande hypobranchiale qui sécrète un précurseur de la pourpre (le colorant) dont le rôle biologique serait répulsif. La pourpre est ensuite obtenue par oxydation du précurseur. Les pourpres méditerranéens (Bolinus brandaris (Linnaeus, 1758) et Hexaplex trunculus (Linnaeus, 1758) ne sont pas les seuls Muricidae ayant été utilisés comme source de colorant. Nucella lapillus et Ocenebra erinacea, malgré une productivité beaucoup plus faible, l’ont été depuis la protohistoire jusqu’au Haut-Moyen Age, ce dont témoignent plusieurs sites archéologiques étudiés en Bretagne.

Cordialement

Gérard Breton
Gérard-Breton
membre
membre
 
Messages: 1160
Inscription: 24 Aoû 2013 21:26
Prénom: Gérard

Retourner vers Mollusques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités