Le tracking (le pistage)

Vous pouvez nous présenter ici une balade (ou un coin) qui vous a particulièrement plu (une région riche en flore et en faune par exemple) ou encore un parc, une réserve naturelle, pourquoi pas un musée d'histoire naturelle, une exposition ?
Règles du forum

Vous pouvez nous présenter ici une balade (ou un coin) qui vous a particulièrement plu (une région riche en flore et en faune par exemple) ou encore un parc, une réserve naturelle, pourquoi pas un musée d'histoire naturelle, une exposition ?

Le tracking (le pistage)

Messagede bino » 29 Mar 2014 18:43

Bonjour,

Ce thème ne semblant pas être déjà abordé, sur ce site, je me permets de le lancer.

J'espère être dans la bonne rubrique, et si ce n'est pas le cas, merci d'avance à un régulateur de bien vouloir y remédier.

Pour mémoire, le tracking (le pistage) regroupe toutes les techniques permettant de repérer, analyser, identifier, suivre, utiliser, les traces laissées dans l'environnement (le plus souvent naturel, mais pas exclusivement) par des animaux.

Ces traces peuvent être très diverses : empreintes au sol, marques sur divers substrats, dépôts organiques, artéfacts liés à diverses activités (toilette, prédation, repos...).

Cette activité de tracking peut se pratiquer pour elle-même, mais aussi comme un moyen pour d'autres finalités (un inventaire faunistique, par exemple).

Elle peut s'exercer avec simplement des observations visuelles, mais aussi par la prise de notes, le dessin, la photographie, le relevé d'empreintes, le prélèvement des traces, le report cartographique, etc.

Et même, elle peut mobiliser des techniques bien plus élaborées (à commencer par l'analyse ADN) mais qui sortent alors du cadre des pratiques courantes des membres de ce site.

Normalement, la maîtrise du tracking implique d'y avoir été entraîné dès le plus jeune âge, mais l'on peut s'y mettre plus tard et en retirer quand même des résultats appréciables.

L'assiduité et la régularité dans la pratique sont les clés essentielles de la progression, tout comme une grande familiarité avec les environnements où l'on s'y adonne.

Outre l'intérêt intrinsèque de cette activité, l'on y développe des capacités d'observation et de mémoire visuelle qui sont profitables et réinvestissables dans d'autres domaines (que celui du tracking).

Bien que le tracking soit essentiellement connu et pratiqué sur la terre ferme, il peut aussi être utilisé en milieu sous-marin.

Cordialement,

Bino
Microscope PCB 900 avec objectifs planachromatiques (x 4, x 10, x 20, x 40, x 100 immersion) et oculaires (x 5, x 10), binoculaire TP1 (x 10, x 20, x 40), Emoscop SME, microscope stylo, et plein de loupes...
bino
membre
membre
 
Messages: 465
Inscription: 09 Déc 2007 14:59
Prénom: Michel

Re: Le tracking (le pistage)

Messagede michelflashman » 29 Mar 2014 21:45

Bonsoir,

J'ai eu la chance avec une amie de traquer la loutre dans ma région, lac salagou, dans le Languedoc, suite a une étude faunistique venant de Montpellier.
Je n'en ai pas vu , mais suite a cette étude, la présence de ce merveilleux animal a été démontrés dans la Lergue , une petite rivière coulant a proximité du Lac Salagou, superbe rivière ou je vais de temps en temps pécher la truite !!

Que du bonheur

Amicalement a tous

Michel
La critique et la contradiction sont 2 éléments constructifs indispensable a la bonne vie d'un forum .
Il n'y a rien de pire que la blablatitude qui ne mène a rien . Je fais confiance aux membres du forum
Avatar de l’utilisateur
michelflashman
membre
membre
 
Messages: 1177
Inscription: 18 Sep 2013 09:29
Localisation: Nomade - Languedoc Roussillon
Prénom: Michel

Re: Le tracking (le pistage)

Messagede bino » 30 Mar 2014 10:35

Bonjour michelflashman,

Un exemple typique de l'utilisation du tracking comme outil d'étude de la faune.

Même l'animal le plus élusif ne peut éviter de laisser des traces diverses, une fois présent sur un territoire donné, et donc, même s'il est pratiquement inobservable directement, sa présence peut être confirmée avec certitude.

Les traces de Dahu étant plus que rares, l'on peut douter de la présence de cet animal supposé inféodé au milieu alpin.

Il est est de même pour les dragons (sauf ceux de l'île de Komodo), et autres animaux spéciaux.

Pour en revenir à ceux qui sont plus communs, de par nos contrées, le tracking mérite vraiment considération.

Si d'autres membres de ce site sont des pratiquants, c'est avec intérêt que j'échangerai avec eux, sur le sujet, de même qu'avec ceux intéressés et voulant "s"y mettre".

Cordialement,

MBS
Microscope PCB 900 avec objectifs planachromatiques (x 4, x 10, x 20, x 40, x 100 immersion) et oculaires (x 5, x 10), binoculaire TP1 (x 10, x 20, x 40), Emoscop SME, microscope stylo, et plein de loupes...
bino
membre
membre
 
Messages: 465
Inscription: 09 Déc 2007 14:59
Prénom: Michel

Re: Le tracking (le pistage)

Messagede kathi » 06 Nov 2014 11:33

Pour épargner cet Epipactis , Il est facile de lutter contre les aménageurs ( pas toujours ! ) en mettant sous protection, mais contre des insectes ravageurs importés ou non c'est une autre affaire !
Whether you want to pass C4040-109 We offer up-to-dated VMWARE latest resource Albany State University We offer up-to-dated University of Oxford dumps exam by using Principia College
kathi
membre
membre
 
Messages: 1
Inscription: 06 Nov 2014 11:18
Prénom: kathi
Skype: kathi

Re: Le tracking (le pistage)

Messagede Piaf » 03 Juin 2015 00:04

Bonjour bino, bonjour le forum,
bino a écrit:L'assiduité et la régularité dans la pratique sont les clés essentielles de la progression, tout comme une grande familiarité avec les environnements où l'on s'y adonne.
Outre l'intérêt intrinsèque de cette activité, l'on y développe des capacités d'observation et de mémoire visuelle qui sont profitables et réinvestissables dans d'autres domaines (que celui du tracking).

Oh que oui !
J'ajouterai qu'il faut de plus savoir faire évoluer ses images de recherche avec le cycle des saisons, ainsi qu'avec le cycle biologique des espèces pistées...

michelflashman a écrit:J'ai eu la chance avec une amie de traquer la loutre dans ma région, lac salagou, dans le Languedoc, suite a une étude faunistique venant de Montpellier.
Je n'en ai pas vu...

La Loutre fait partie des mammifères les plus classiquement suivis par pistage (épreintes (fèces utilisées comme marquage), traces, restes alimentaires... ). Son pistage est même parmi les plus faciles au sein des mammifères (hors présence de neige, où les cartes sont alors totalement redistribuées). C'est ainsi que l'on dresse avec précision ses cartes de répartition et que l'on peut suivre son front de re-colonisation de ses milieux anciens (du moins là où celle ci n'est pas encore terminée).
La Loutre n'est effectivement pas très facile à voir mais si l'on fréquente assidument les mêmes milieux qu'elle et surtout durant ses heures d'activité (crépuscule et proximité du crépuscule, et bien sûr nuit) on finit par arriver à la voir (le plus souvent brièvement), sans très grande difficulté.

bino a écrit:Si d'autres membres de ce site sont des pratiquants, c'est avec intérêt que j'échangerai avec eux, sur le sujet, de même qu'avec ceux intéressés et voulant "s"y mettre".

Je ne suis pas sûr que le pistage animal soit un sujet sur lequel on puisse beaucoup échanger efficacement hors du terrain... Mais pourquoi pas essayer...
Avatar de l’utilisateur
Piaf
membre
membre
 
Messages: 39
Inscription: 18 Mar 2011 03:20
Localisation: Limousin et Auvergne
Prénom: Régis

Re: Le tracking (le pistage)

Messagede bino » 04 Juin 2015 09:41

Bonjour Piaf,

Je pensais surtout à des échanges sur la littérature technique (essentiellement anglo-saxonne) disponible.

A ce sujet, les ouvrages sur le "search and rescue" sont un bon complément aux livres sur le pistage proprement dit.

Mais, l'on pouvait aussi dialoguer sur les astuces personnelles que chacun développe à l'usage.

Sans oublier certains accessoires, la plupart du temps à concevoir et à monter soi-même (bâton de mesure, par exemple).

Bien que d'autres soient à acquérir (je pense à la jumelle Papilio de chez Pentax, avec sa mise au point qui descend à quelques dizaines de centimètres, et qui peut, dans certains cas, faciliter certaines identifications, et/ou économiser les déplacements, la fatigue).

Après, et comme vous le soulignez, c'est une question de personnalité (envie ou pas de partager des expériences de terrain, sur le terrain, à plusieurs ; mais, en fait, à deux ou trois maximum, à mon avis), et aussi (surtout) de proximité géographique.

Cordialement,

Bino
Microscope PCB 900 avec objectifs planachromatiques (x 4, x 10, x 20, x 40, x 100 immersion) et oculaires (x 5, x 10), binoculaire TP1 (x 10, x 20, x 40), Emoscop SME, microscope stylo, et plein de loupes...
bino
membre
membre
 
Messages: 465
Inscription: 09 Déc 2007 14:59
Prénom: Michel


Retourner vers Balades naturalistes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron